Vous êtes ici

POINT FINANCIER

Chers parents ,

Avant toute chose je forme le vœu que vous vous portiez bien vous ainsi que votre famille . 

Si je reviens vers vous ce jour c’est pour vous donner des nouvelles de notre étalissement car il est important que celui-ci soit en capacité d’accueillir tous les élèves qui lui sont confiés dans des conditions convenables dès la rentrée prochaine .

Il faut donc que vous sachiez comment évolue la situation, en toute transparence .

Tout d’abord, comme vous le savez, pour traiter les conséquences du COVID sur le fonctionnement du lycée j’ai pris plusieurs décisions :

  • Report de tous les travaux sur 2021 ainsi que de tous les investissements non indispensables

  • Suspension du paiement des factures pour l’ensemble des prestataires, AEFE compris.

  • Suspension des services de gardiennage, ménage, entretien divers…

Ces mesures ont été prises afin de préserver la trésorerie et de garantir le paiement intégral des salaires, conformément aux instructions de l’AEFE puisque c’est elle l’ordonnatrice principale. 

A ce jour le lycée peut garantir les salaires au plus jusqu’en août inclus. En effet, les « économies » réalisées sur les fluides, transports, locations d’installations sportives… sont estimées à 260 000€.

Conformément aux instructions de l’AEFE, un avoir sur la restauration scolaire de mars a été effectué pour la totalité du service non rendu. Pour autant le lycée a maintenu les salaires des personnels de surveillance de cantine. 

De son côté, l’AEFE paie les salaires des personnels résidents et expatriés. A ce jour le lycée ne reverse que 52% de cette rémunération hors cotisations retraite, ce qui représente un investissement de près de 2 800€ par élève et par an. Les personnels résidents sont principalement des personnels enseignants. 

Je me permets de préciser pour être tout à fait clair que le lycée n’aurait pas pu assurer tous les salaires (PDL et résidents) s’il avait dû le faire car la trésorerie ne l’aurait pas permis. En effet, au regard de ses « économies », les encaissements des frais de scolarité se sont très fortement ralentis, à un rythme beaucoup plus soutenu que les « économies ». Il reste sur le trimestre janvier mars près d’1 million à recouvrer.

Dans le cadre de ses prérogatives, le lycée a mis en place toutes les mesures possibles localement pour accompagner les familles : avoir sur la restauration scolaire, avoir sur les frais d’examen, décalage de la facturation du 3ème trimestre. Et dernière décision en date : la caisse de solidarité n’apparaitra pas sur la facture du 3ème trimestre ; les familles souhaitant aider les familles les plus en difficulté seront invitées à faire un virement spécifique sur la caisse de solidarité, ce afin de ne pas solliciter outre mesure des familles déjà en difficulté.  

Aujourd’hui il importe que le lycée puisse faire face à ses engagements envers tous les prestataires qui sont intervenus  en janvier et février et qui attendent le paiement de leurs prestations ; il est également temps de commencer à payer les factures de l’AEFE pour la rémunération des personnels sous statut de résidents mais il faut pour cela que la trésorerie soit abondée par le paiement des frais de scolarité  pour permettre à l'établissement de payer les factures en souffrance et de préparer sereinement la rentrée scolaire, en attendant la facturation du 1er trimestre 2020/21 qui devra également être honorée afin de garantir le bon fonctionnement du lycée.

Vous l’aurez compris, si les encaissements devaient être plus faibles, cela mettrait en péril le fonctionnement même du lycée qui ne serait plus en mesure d’assurer les salaires de ses personnels. 

L’AEFE, dans le cadre du plan d’urgence, a bien obtenu une ligne de crédits de 100 millions mais il s’agit d’une avance France Trésor, donc d’un emprunt qu’il faudra rembourser. Pour l’instant nous ne disposons ni d’informations ni d’instructions.

Pour conclure je vous rappelle que pour les familles en difficulté nous avons présenté diverses mesures. Ainsi pour les familles françaises il s’agit de l’aide à la scolarité, chaque situation sera examinée avec une attention particulière. Enfin, pour toutes les familles et quelle que soit leur nationalité, à ce jour il est possible de demander soit un échéancier soit une remise gracieuse, sous condition bien entendu d’accompagner la demande des pièces justificatives qui prouvent l’état de gêne financière.

Je vous remercie très sincèrement de votre coopération et , sachant pouvoir compter sur votre implication et votre compréhension , je vous adresse mes salutations très cordiales.

 

Stéphane DEVIN,

Proviseur.