Vous êtes ici

DEFI GEOGRAPHIQUE : HABITER LE MONDE

Les élèves de 6ème 2 ont relevé avec enthousiasme le défi proposé à l'ensemble des lycées de notre Zone Europe du Sud Est.

Ils ont décrit, photographié et/ou dessiné ce qu'ils voient de la ville depuis leur fenêtre Observations et descriptions des paysages mais aussi de cette période de confinement... 

Luca R.

Ma maison regarde une grande colline plaine de végétation. Ma chambre come mon salon regardent un petit balcon qui regarde vers est donque le matin j’ai le soleil en face et dans les jours de printemps l’aire est pétillante et les nuages passent vites dans le ciel bleu. Quand je sort dans mon balcon en premier plan je vois le stade FLaminio entouré d’un jardin avec beaucoup de végétation. En second plan au nord je vois l’ Auditourium ( le parc de la musique) mais devants mois en arrière-plan je vois une grande colline plaine de végétation avec beaucoup de maisons de campagnes.

Luca

J'habite dans le quartier Parioli de Rome, qui est un quartier essentiellement résidentiel de la ville mais dans lequel on trouve également des commerces comme de petits magasins, des services comme par exemple le cinéma et des espaces verts plus ou moin vastes comme la petite Villa Balestra et l’immense Villa Borghese. En regardant par la fenêtre donc je vois en premier plan des bâtiments et en l’ouvrant j'entend le bruit des voitures, mais je vois également des espaces verts d'où proviennent les bruits des oiseaux et par les jours de pluie le parfum de la terre humide. Au deuxième plan je peux observer des toits plats avec des antennes et d’autres en briques rouges plus caractéristiques de notre ville. La vue pourrait être la même que celle que j’aurais dans de nombreuses villes italiennes mais en arrière plan je vois au sud la Villa Médicis et au sud-est la coupole unique de Saint Pierre. Aujourd’hui, de ma fenêtre je voudrais voir une prairie où je pourrais courir, jouer avec mes amis au foot et m’évader de la maison! je rêve d’un espace vert où prendre de l’air et me divertir, me détendre sur un pré sous le soleil.         ​

Flavio 

J’habite dans le centre historique de Rome, dans le quartier Ludovisi, près de beaucoup de fameux monuments et aussi  très proche de villa Borghese. C’est un quartier très vif, plein de bistrots, de bar, magasins et hôtels,  mais que dans cette période de confinement à été inhabituellement calme et silencieux. Chaque matin, quand je me réveille je vois ce beau panorama. En premier plan il y a deux palais, un rouge l’autre jaune, longent une petite rue de pavés, en deuxième plan on voit la même rue avec des voitures garées qui occupes presque toute la rue, enfin on voit des autres palais et des voitures aussi et un petit restaurant, c’est presque le même du premier plan !!! Au troisième plan on voit la route qui fait une courbe vers la gauche avec un gros palais jaune où il y a un restaurant appelé … Je ne sais pas je n’y suis jamais allé.
Bon, j’aime mon quartier parce que tout est calme et les personnes sont très accueillantes. Via Francesco Crispi

Gabriel

J'habite Via di sant’agnese 12. De ma fenêtre je vois des terrains de tennis en terre battue et en synthétique. Je vois aussi des ruines paléochrétiennes, celles de la basilique de Constantin datant du IVeme après J.C. Et le mausolée de ST Constance qui date de la même époque

Et aussi beaucoup d’arbres, sur la droite on voit quand même des immeubles récents et au fond le métro Sant’Agnese Annibaliano.

Morgane 

De ma fenêtre j’aperçois ma ligne de métro , qui est Conca d’Oro , ligne de metro sur laquelle nous avons la station Colliséo. C’est un métro urbain , tout autour il y’a du béton et du ciment . Au second plan, un petit parc a été aménagé pour que les petits puissent y jouer et les grands se reposer . Il y a beaucoup d’herbes et souvent les chiens viennent aussi se dépenser . Au 3ème plan et dernier plan , il yuma des immeubles les uns à côté des autres, couleurs claires ils sont bordés par des très grands arbres devant et derrière. Je peux dire de mon cartier qu’il est urbain avec une petite touche de verdure

Matteo

Quand le matin je me lève, la première chose que je fais est ouvrir la fenêtre pour faire entrer de l’air dans ma chambre. La chose la plus étrange qui entrait pendant la confinement était le silence; il n’y avait plus les bruit de la ville, seulement le chant des oiseaux (et le voisin qui faisait des travaux). Vue que j’habite au dernier étage d’un immeuble très haut je peux voir pratiquement toute Rome à partir de San Pietro jusqu’à le Vittoriano.Pendant la première phase du confinement la route était déserte, seulement des ambulances passaient quelque fois. Le bar et tous magasins étaient fermés mais dans les maison il y avait de la vie. Les voix des enfants qui jouaient avec leurs frères ou leurs soeurs, les chiens qui aboyaient, souvent des helicopter passaient et qui volaient tellement bas que je pouvais voir le visage du pilote. Je crois d’être vraiment chanceux d’avoir vu toutes ces choses pendant cette période, mais quand même je n’ai pas pu voir mes copains, une grande partie de ma famille et mes enseignent que je veux remercier pour toute les choses qu’ils m’ont donné. 

De ma fenêtre je vois,les toits avec leurs antennes partout, des immeubles de la rue ou j'habite et aussi quelques fenêtres soit ouverte soit fermée, je vois aussi quelques sommets des arbres. Au loin l'église de San Pietro. Je vois aussi les petites roses que ma mère cultive sur le balcon. Souvent je regarde les personnes dans la rue, les voisins et certaines fois aussi le vol des nombreux mouettes et des corbeaux qui en ce moment en profitent en volant libres sur toutes les maisons. Pendant cette période de confinement plusieurs fois je me retrouve sur le balcon: soit pour regarder ce qu’il se passe autour de nous, soit pour étudier, soit pour me reposer en prenant le soleil, soit en pensant à ce qu’il est entrain d’arriver autour de nous...Des nouvelles habitudes se sont instaurées et j’ai connu sans bouger des voisins que je ne connaissais pas. On se dit bonjour et bonsoir presque chaque jour, parfois on s'est
échangés de la nourriture ou des choses dont on avait besoin, maintenant on se parle d’un balcon à l'autre . Au début du confinement on a peint de rouge et de vert un drap pour en faire un drapeau et on l’a pendu à la balustrade puis on a commencé à chanter tous les soirs à 18 heures au début on était presque seulement nous à chanter puis les voisins se sont mis à chanter eux aussi ! Au début en étant moi un peu timide et en voyant qu’il n’y avait personne soit dans la rue soit sur les balcons c'etait genant mais apres cela est devenu naturel, et quand il n’y a plus eu des défis à chanter un peu cela m’a manqué. J’aime ce que je vois de ma fenêtre surtout pendant ces mois car on ne sait pas ce qu’on va voir après .....

Giulia 

De ma fenêtre je vois,les toits avec leurs antennes partout, des immeubles de la rue ou j'habite et aussi quelques fenêtres soit ouverte soit fermée, je vois aussi quelques sommets des arbres. Au loin l'église de San Pietro... Je vois aussi les petites roses que ma mère cultive sur le balcon. Souvent je regarde les personnes dans la rue, les voisins et certaines fois aussi le vol des nombreux mouettes et des corbeaux qui en ce moment en profitent en volant libres sur toutes les maisons. Pendant cette période de confinement plusieurs fois je me retrouve sur le balcon: soit pour regarder ce qu’il se passe autour de nous, soit pour étudier, soit pour me reposer en prenant le soleil, soit en pensant à ce qu’il est entrain d’arriver autour de nous... Des nouvelles habitudes se sont instaurées et j’ai connu sans bouger des voisins que je ne connaissais pas. On se dit bonjour et bonsoir presque chaque jour, parfois on s'est échangés de la nourriture ou des choses dont on avait besoin, maintenant on se parle d’un balcon à l'autre . Au début du confinement on a peint de rouge et de vert un drap pour en faire un drapeau et on l’a pendu à la balustrade puis on a commencé à chanter tous les soirs à 18 heures au début on était presque seulement nous à chanter puis les voisins se sont mis à chanter eux aussi ! Au début en étant moi un peu timide et en voyant qu’il n’y avait personne soit dans la rue soit sur les balcons c'etait genant mais apres cela est devenu naturel, et quand il n’y a plus eu des défis à chanter un peu cela m’a manqué. J’aime ce que je vois de ma fenêtre surtout pendant ces mois car on ne sait pas ce qu’on va voir après .....

Anne

Via di Ripetta

Cette photo est prise depuis la fenêtre de mon salon. Le matin j’entend le chant des oiseaux et des fois aussi l'après-midi. J’ai choisi cette fenêtre car sur le toit que l’on voit en premier plan chaque année au printemps vient une cane pour pondre ses oeufs. Cette année grâce au confinement j’ai pu assister à la naissance et à la croissance de trois petits canetons. Chaque jour je vais sur ma terrasse, que l’on voit ici au deuxième plan, et je leur donne de la salade, quand ils deviennent plus grands ils se jettent pour apprendre à voler et parfois certains meurent. Au deuxième plan, donc, se trouve ma terrasse, elle est très belle il y a beaucoup de plantes et les roses blanches sont en train de fleurir, il  y a une table où nous déjeunons quand il fait beau, à côté des grands vases de fleurs avec ma soeur et mon frère nous avons planté des graines de tournesols qu'on a trouvé dans l’oeuf de pâques, les graines ont germé et nous attendons que les plantes poussent pour voir leurs fleurs. Au troisième plan il y a une autre maison avec une très grande terrasse. Lorsque nous déjeunons sur notre terrasse nous entendons des cris d’enfants qui viennent de cette maison, mais nous ne les avons jamais vu. Enfin à l’arrière on voit un très beau ciel bleu avec des nuages blanc et c’est tellement beau qu’on dirait un tableau. C’est très agréable de regarder la vue depuis cette fenêtre car le ciel change tous les jours et c’est un peu comme si on regardait chaque fois un nouveau paysage. 

Kyane

J’habite en dehors de Rome et c’est pour cela que de ma fenêtre je vois plusieurs paysages; il y a le monte Tuscolo. C’est un mont qui se trouve sur les “Colli Albani”, dans les zones des “Castelli Romani”: Je vois également Rome. On peut observer tous les bâtiments bâtis sur la ville et c’est pour cela que des fois quand le ciel est limpide je vois aussi la coupole de San Pietro in Vaticano. Derrière Rome on peut contempler en arrière-plan les montagnes au dos de la ville.

Niccholo

Cf diaporama ci-dessous

Edoardo

De ma fenêtre je vois un petit nain avec un chapeau rouge, un manteau vert, des cheveux blancs, pantalons rouges, ceinture noire et chaussures noires qui regarde curieusement trois girafes africaines ne sachant pas pourquoi elles se trouvent là. Les girafes pensent qu’avec le bateau en bois à leur gauche pourraient retourner dans leur pays natal. Mais retournons aux choses sérieuses (même si ce que j’ai écrit est réel), au 1 er plan je vois ce que j’ai dit, en 2 ème plan ma terrasse avec des oliviers, prunelliers sauvages, bambous, et mille autres plantes. L’arrière-plan est constitué d’une autre maison avec une grande terrasse, des plantes et un petit barbecue (je sais qu’il est là seulement par la délicieuse odeur)! Au fond je vois une belle magnolia, très haute qui dans peu de temps fera des fleurs, un petit clocher de l’église ✝️ S. Giuda e Taddeo dont j’entends toujours le son des cloches qui me
rappelle l’atmosphère d’un petit village de campagne.

Sarah

Depuis ma fenêtre je vois mon quartier qui est Trieste Coppedè, j’habite plus précisément dans la Via Garigliano. En premier plan je donne sur la Via Arno. Au deuxième plan je vois le « poliambulatorio de Sant’Anna » qui est un centre de soins ambulatoires. Au troisième plan il y a un gros immeuble d’habitation où le soleil se reflète. Au dernier plan des montagnes qui sont les contreforts des Abruzzes et à droite je peux voir l'entrée du quartier Coppedè, le quartier fut construit par Gino Coppedè (architecte italien) dans les années 20.

 

De ma fenêtre je vois....